4.3. Constrictions

Certains types de constrictions sont identifiés par l'observation du comportement dans le processus de chant: la constriction du corps, du cou, des bras, de la mâchoire inférieure. D'autres peuvent être entendus dans la voix: celles de langue, la constriction dans les muscles de canal oropharyngés. La rigidité musculaire du corps est enlevée par une posture correcte du corps de chanteur. Il faut se tenir debout, gardez votre tête pour que le cou et la colonne vertébrale créent une ligne droite sans pli (il ne faut pas rejeter la tête en arrière et s'incliner lourdement en avant), pliez légèrement la taille, les épaules déployés, soulevez légèrement la poitrine, les bras lâchement posées le long du corps. En outre, il est conseillé de marcher un peu dans le chant, faire de petits avancés, tourner le cou. Ces mouvements du corps légers, de faible amplitude aident à retirer les constrictions, mai ne vont pas influencer la formation de voix.

La mâchoire inférieure et la langue serrées affectent la voix. Avec ce défaut le son devient tendu, terne, entassés en arrière, la progression en haut se fait par l'"addition du flux d'air sous les cordes. La constriction peur être éliminée par une explication verbale, ainsi que par la démonstration de l'enseignant et les vocalises sur "A", et par des exercices de chant avec alternance des voyelles A et I.

La constriction (en d'autres termes, la même "gorge serrée") du son dépend du dysfonctionnement de la glotte dont la fermeture prend trop de temps. Dans cette situation passez à l'attaque aspirée et commencez à faire une transition progressive vers l'attaque douce. Pour l'enlever, la maîtrise des techniques de couverture aérienne, en chantant dans les "U" et "O" est aussi recommandée. Les hommes peuvent la corriger avec le chant de fausset, parce que les cordes ne se ferment pas entièrement, et il reste une fente entre elles.

<