Le timbre

La qualité du timbre de la voix.

Le timbre de la voix est la caractéristique la plus importante de l'art vocal.

Souvent on l’appelle la coloration vocale ou tout simplement la couleur de la voix. Selon le timbre on peut facilement distinguer les voix familières. Enseignants déterminent selon le timbre vocal le type du chanteur, son professionnalisme.

La première tache d’un professeur de chant est la liberté de l’appareil vocal des étudiants dans le chant. La liberté ou tension excessive de la voix sont sans problème perçues par l'oreille. Les professionnels apprécieront la résonance, le rondeur des voyelles, la douceur de transitions entre les registres, la sonorité et le caractère de vol de voix, la position vocale, le vibrato, la richesse des couleurs de timbre.

Décrivant la qualité de son timbre vocal à l'oreille, les musiciens ne sont pas rares en la qualifiant selon les concepts visuels, spatiales, tactiles et d'autres, par exemple voix fluide ou droite comme un bâton. Le son de la voix peut être: ronde ou plate, molle ou dure, forte, amère ou mat, mat, métallique ou de coton, effondré ou recueilli, de la poitrine ou de la tête, soutenu ou pas, de mauvaises herbes, actif ou paresseux, avec une position noyé ou bas, blanc, ouvert ou sombre, couvert, avec tremolo, nasal, ressemblant à une styrène, de velours, rauque, strident, écrasé, étouffé, de la gorge, de l'utérus, etc.

La variété infinie de sons de la voix est le résultat de différentes combinaisons et les changements seulement de trois caractéristiques de son: la fréquence de vibration de la source sonore, l'amplitude d'oscillations et la composition harmonique du ton de la voix.

Ces trois caractéristiques nous percevons comme la hauteur, la puissance et le timbre de la voix.

Formants de voyelles dans le chant.

Le son primaire est produit par la glotte. Il s'est avéré qu'il ne ressemble jamais aux sons que nous entendons dans l'espace. Ce son n'a pas de tonalité, pas de forme de la voyelle ou de la consonne. Dans la formation des sons du langage familier, reconnaissables à l'oreille, le rôle principal appartient à la chaîne oropharyngée. C'est la, grâce à un changement dans sa forme et aux effets de résonance, que la formation définitive de la forme de son et du timbre se produit. Chaque voyelle a un formant de bouche et de pharynx. Leur présence dans le spectre des voyelles, prononcées par différents gens et à hauteur différente, permet à notre oreille les percevoir sous cette forme. Ces formants sont appelés les formants de voyelles, les fréquences principales qui déterminent les voyelles. Le reste des tons harmoniques qui sont présents dans le timbre de voix de l'orateur ou le chant, la peinture est son individu.

Citons des exemples de formants oraux et pharyngés:

I - la cavité buccale résonne à une fréquence élevée 3200Hz qui se rapproche le haut formant et est appliqué par les professeurs de chant pour la tonalité lumineuse élevée, le formant pharyngée est de 370Hz,

OU - le larynx est largement ouvert qui résonne à une fréquence basse est de 900Hz et les enseignants recommandent trouvent la fréquence de résonance de la poitrine, la fréquence des formants oraux est de 400Hz,

O - la fréquence du formant du pharynx est de 1000Hz, orale est de 700Hz. La totalité du volume devient homogène, voilà pourquoi les maîtres de chant recommandent cette voyelle pour produire un son rond,

A est proche de la voyelle O, la fréquence est de 700 Hz et de 1000 Hz,

e - 700 Hz et 1400 Hz.

Le volume de la cavité buccale augmente progressivement I - É - A - O - OU. Le volume de la cavité du pharynx est réduite d'environ dans la même séquence.

Formantes vocales haute et basse.

Pour la voix qui est placée académiquement, les définitions suivantes s'appliquent: un son lumineux, avec beaucoup de "métal" ou d’"argent", douce et arrondi, spatial, de "velours". En analysant le spectre vocal, il a été constaté que la "luminosité", la qualité "métallique", l’"argent" sont présents grâce à une formante de la voix, c'est à dire à une région de haute fréquence dans lequel 30-35% de l'énergie sonore de la voix sont concentrés. Pour des voix basses, cette région de haute fréquence est d'environ 2.500-2800Hz, pour des voix hautes - 3200Hz.

Dans la pédagogie vocale, il y a aussi la notion de la formante basse qui se trouve dans la région de 517 Hz. A l'aide d’équipement spécial, on a constaté que c’est de cette zone que le «velours» et le caractère volumineux de la voix dépendent. La voix d'un chanteur professionnel est alignée avec le point de vue de la structure des registres et la capacité à former des voyelles afin de préserver les zones de formantes vocales haute et basse. C’est l’explication pour la phrase fameuse des enseignants du chant italiens: "Mettez la poitrine sur la tête, la tête - sur la poitrine."

Le caractère pénétrant de la voix.

La disponibilité des formants haut de chant garantie la capacité à percer à travers de la salle, à voler au-dessus de l'orchestre - c’est le caractère pénétrant. Si l’on coupait de la voix cette région à haute fréquence, la voix perdrait son éclat, deviendrait terne, distante, nettement réduite en force. Cette haute formante correspond à F4.

Les études radiographiques du processus de chant chez les professionnels ont révélé que les chanteurs forment un rétrécissement à l'entrée du larynx. La taille de cette cavité est de 2,5 à 3 centimètres, et en conséquence elle résonne à une fréquence de 2500 à 3000Hz.

Il y a beaucoup de sons harmoniques hauts dans la voix, quand le chanteur utilise une attaque forte du son. Si l'attaque est faible, la voix revête un caractère "distrait".

Ainsi, le timbre primaire qui est né sur les cordes vocales, se modifie en raison d'une résonance dans la trachée, le larynx, le pharynx et la bouche. Dans la trachée et le larynx se forment des formantes vocales, dans la gorge et la bouche - des formants de voyelles.

L’acoustique explique aussi la présence d'harmoniques nasaux. Si le voile du palais est baissé, un canal est formé dans le rhinopharynx qui absorbe les fréquences autour de 2000 Hz. C’est l'absence de ces fréquences dans la voix qui est perçu par notre oreille comme un son nasalisé.

La direction de la voix en devant, aux spectateurs, dépend de la présence de la formante haute. L’acoustique montre que les sons chuintants comme a, c, m, n et d'autres ont dans leur gamme beaucoup de fréquences hautes, voilà pourquoi on accorde en pédagogie vocale une attention particulière à la prononciation des consonnes de ce type en termes de diction et du son proche.

Le vibrato.

Le timbre du son de chant est déterminé primo par la composition spectrale et, deuxièmement, il dépend du vibrato. L'audience perçoit une voix avec un vibrato naturel comme si elle coule librement et est chaleureuse. Avec une fréquence de vibrato de 6-7 oscillations par seconde toutes les caractéristiques sonores changent: et la hauteur, et la force, et le timbre. Si les oscillations sont plus rares dans la voix il y a un effet de "pivotement". Avec des oscillations plus fréquentes il y a un "agneau" ou "tremolo" dans la voix. La voix varie en hauteur par un demi-ton dans le processus de vibrato, c'est à dire qu’il vibre autour de la fréquence centrale qui est perçue comme le ton principal. Dans la voix d'enfant le vibrato est faiblement présent. On distingue le vibrato de la hauteur, celui du timbre (à la même hauteur le caractère des changements sonores change de plus léger à celui plus sombre) et le vibrato de l'intensité.

La position haute.

C’est avec la position haute que la possibilité d’ajuster le fonctionnement du corps de sorte que la voix reçoive la région de la formante haute de chant et qu'il y ait dans cette région une concentration de l'énergie de la voix. Ce concept peut être défini comme une adaptation physiologique de l'appareil vocal pour produire un son de la puissance maximale avec une consommation d'énergie minimale. C'est pourquoi les aspirations des maîtres de chant sont telles qu'ils travaillent en premier lieu sur la position haute de son, et non pas sur sa force.

<