1.2.3 Types de respiration dans le chant

La respiration thoracique est divisée en plusieurs types selon le déploiement de la cage thoracique: abdominale, costale et mixte.

Illustration 4. Types de respiration dans le chant

Respiration thoracique est de trois sortes: claviculaire, costale haute et costale basse. Les deux premières variétés - claviculaire et costale haute - appartiennent à la façon irrationnelle de la respiration. Dans ces deux types la quantité d'air indispensable pour maintenir la pressure sous-glottale optimale est limitée. Plus rationnelle est le troisième type - la respiration costale basse, où la quantité d'air inhalé est supérieure. La quantité de l'air dans ce type de respiration est satisfaisante pour le chant, mais pas suffisante, car le mouvement respiratoire est encore assez limité en raison de la rigidité des murs de côtes.

Au cours de la respiration la force musculaire qui se développe et qui gère l'exhalation de phonation, est inferieure, et le volume d'air inhalé est le même qu'avec la respiration costale basse. Toutefois, les mouvements respiratoires deviennent plus plastiques.

Plus rationnelle est la combinaison de la respiration abdominale et celle costale basse, la respiration soi-disant "costale-abdominale", qui est appelé souvent à tort diaphragmatique. Avec ce type de respiration, on peut sauvegarder la force musculaire et obtenir non seulement une grande quantité d'air, mais aussi la plus grande souplesse des mouvements respiratoires.

On a décidé il y a longtemps que la respiration costale-abdominale est la plus rationnelle pour la phonation, en particulier dans ses manifestations spécifiques: le chant et la diction. Ce type de respiration adapte flexiblement aux conditions de la phonation et peut être changé à tout moment, en vertu de la hauteur souhaitée et la force de ton, la variété du genre vocal et l'intention du chanteur d'obtenir une certaine expression émotionnelle dans la performance. La physiologie ne distingue pas de certains types de respiration.

Dans la pratique vocale, il y a d'innombrables types de respiration individuels au sein de ces types. Les types de respiration "classique" sont plutôt les points de référence pour la classification.

Ainsi, la science a un point de vue défini que l'on ne peut pas parler d'un type bien distingué de respiration dans le chant. Les chercheurs sont de plus en plus enclin à penser que nous devrions reconnaître l'existence de espèces particulières de la respiration en termes de l'utilisation la plus rentable de l'énergie musculaire. Ces types se fondent sur la respiration costale-thoracique, qui fournit la quantité optimale d'air inhalé.

Le chant mets toute l'activité respiratoire, quels que soient les types énumérés de souffle, se concentrer exclusivement sur la création et le maintien de la nécessaire pression sous-glottique qui assure la puissance et la hauteur, la technique vocale et le timbre aussi que la performance expressive, en fonction de l'intention du chanteur. Tous ces facteurs influent sur le tonus du sphincter du larynx, qui à son tour régule la pression sous-glottique.

Certains chanteurs, désireux d'obtenir une meilleure qualité sonore de leur voix, ont souvent recours à la pratique vicieuse de l'utilisation excessive de la pression sous-glottique due à une suractivité des muscles abdominaux et thoraciques. Dans de tels cas, ils gagnent trop d'air et peuvent suffoquer. En outre, selon les experts, les respirations profondes constantes tout en chantant modifient l'élasticité du tissu pulmonaire, contribuent à l'expansion des alvéoles et au développement de telles maladies pulmonaires que l'emphysème. Dans de tels changements pathologiques dans l'appareil respiratoire la phonation qualitative devient impossible.

Des études particulières ont montré qu'une quantité relativement petite de l'air (une inhalation modérée) peut fournir durée d'expiration de phonation qui est de 15-20 secondes. Ce temps est suffisant pour remplir la plus longue phrase musicale.

On peut procéder à une inhalation profonde grâce au diaphragme, ce qui conduit à une haute pression sous-glottique. Le tonus de la fermeture des cordes vocales dans ce cas est très fort, bien que cela dépende aussi de la force des muscles de la gorge chez le chanteur. Dans la phase expiratoire l'activité musculaire de l'abdomen s'étend jusqu'aux racines nerveuses lombaires et sacrées en utilisant le diaphragme pelvien et les muscles du périnée.

La pression sous-glottique nécessaire au chant et produite et maintenue pendant une inhalation rapide. En utilisant l'expérience acquise dans le cadre de la formation, le chanteur prend la quantité d'air qui semble être suffisante pour la force et la durée appropriées de tonalités produites. Puis la glotte se ferme et la pression qui correspond à la densité de sa fermeture est produite, dont il faut maintenir pendant toute la durée de la phrase musicale, soit chanter sur le souffle.

Illustration 4. Types de respiration dans le chant

A - respiration purement ventrale (abdominale, diaphragmatique), dans lequel la cage thoracique est fixée, l'inhalation se produit avec juste un abaissement du diaphragme et de l'abdomen et un renflement vers l'avant.

B - Type phrénique (costale basse-diaphragmatique ou costale-abdominale) avec prévalence de la respiration abdominale. Outre le diaphragme, c'est la section inférieure de la cage thoracique qui prend part dans le processus, le diaphragme se dilate.

C - phrénique (costal-diaphragmatique ou costale-abdominale); le processus engage les parois thoraciques et le diaphragme.

D - pur type thoracique de la respiration (costale), lors de l'inhalation le diaphragme ne joue pratiquement aucun rôle et l'abdomen se détracte.

<